e-Bibliothèque (4/4) : Si l’e-Bibliothèque est un média…

Mercredi 12 septembre 2012

Qui dirige le Groupe-média « e-Bibliothèque » ?

Ou encore : Qui est à la tête du groupe France Télévision ?

Je ne sais pas.

Donc : Qui est à la tête du Groupe e-Bibliothèque ?

Par défaut : le directeur de la bibliothèque bien sûr, mais en dessous ?

Un board ? Un service ?

Qui dirige une chaîne du Groupe de l’e-Bibliothèque ?

Ou encore : Qui dirige France 2, 3, 5 ?

Je ne sais pas.

Donc : Qui est à la tête de la chaîne Talk-show ? de la chaine Arte ?

Je crois qu’il faut : décentraliser ET responsabiliser. Ie : il faut clairement identifier un nom dans l’organigramme sur cette fonction.

Le directeur de chaîne rend des comptes au Président du groupe.

Combien faut-il de chaînes ?

Je ne sais pas.

Pourquoi n’y aurait-il pas de chaine musicale ?

Si vous faites un sous-site dédié à la musique, cela vaut-il le coup de créer une chaine spéciale pour ca ?

Comment la télé répond elle à cette question ? elle dit : « Y’aura t-il assez de contenu et d’annonceurs pour faire vivre cette chaîne toute la journée ? »

Disons que cette question est la bonne pour savoir si on en fait une émission, ou carrément une chaine …

Et bien sûr le temps apporte des réponses différentes. La chaîne musicale, il y a 15 ans, était M6, parce qu’une part importante de sa grille était consacré aux clips. Aujourd’hui, j’imagine qu’MTV, dédié à cela sur toute le journée, serait une meilleure réponse…

Comment produit-on du contenu ?

Il y a un producteur qui a une idée, et qui veut la proposer à une chaine pour apparaître sur l’écran.

Il développe son concept, le propose à un directeur de chaîne ou au président du groupe, et il se lance.

Ca veut dire qu’il peut se planter et l’émission s’arrêter.

Ca veut dire aussi, qu’il y des émission qui passent, et qui s’arrêtent d’elles-mêmes, au bout de x saisons, parce qu’il faut passer à autre chose parfois…

Où doit aller le contenu ?

Ou encore : Cette émission de Delarue, doit-elle être sur Fr2 ou Fr3 ?

Donc : Ce blog concernant x ou y , doit-il apparaître sur la Chaine z ou w ?

Je ne sais pas.

C’est sans doute ici aussi une question d’opportunité. Si la grille de la Chaîne Toto est déjà bien occupée, il serait bon de proposer une autre chaîne comme point d’ancrage…

Quid de la pub ?

– « Sur France cul’, il n’y a pas de pub ! »

C’est faux ! Sur France cul’, il y a de l’auto-promotion.

Donc : une chaîne peut donner à lire des éléments d’autopromotion, pour ses propres émission à venir.

– « Sur Radio-France, il n’y a quasi pas de pub »

C’est vrai. Mais il y a aussi des pubs concernant les autres chaînes du Groupe.

Donc : ici aussi, notre chaine Techno-Geek pourrait renvoyer sur la chaine Arte, ou Gully – et inversement.

Faut-il une régie publicitaire (mutualisée) ?

Et si c’était -aussi- le rôle du Service « Communication » d’une bibliothèque ?

Comment travailler la marque et les marques ?

– Faut-il des noms et des logos pour chaque marque = pour chaque chaîne.

Je dirais : oui

– Faut-il une air de famille commun de Logos ?

Je dirai : sans doute.

– Faut-il une air de famille commun de noms de marques ?

Je ne sais pas.

Comment la marque "e-Bibliothèque" s’articule avec la marque "Bibliothèque" ?

En terme de logos, de discours, de relais… ?

Je ne sais pas.

Elle la poursuit, et la relance, évidemment – mais va t-elle s’autonomiser ?

About these ads

2 Responses to “e-Bibliothèque (4/4) : Si l’e-Bibliothèque est un média…”


  1. [...] on bibliotheque20.wordpress.com Share this:J'aime ceci:J'aimeSoyez le premier à aimer ceci. This entry was posted in [...]

  2. Roberta Filou de Pedusa Says:

    Propleymobilobubblegomènes

    Le marketing est ce qui rend la Bibliothèque plus intéressante que le marketing.

    e-Biblio est plus qu’un vecteur d’audience et de notoriété pour la marque-institution.

    e-Biblio est un rich-média service visant à visibiliser le fond et développer la désirabilité des connaissances.

    Corollaire d’une métropole de la connaissance dans une économie de la connaissance : mettre, urbi et orbi, la communauté en situation de concupuiscience : données, informations, savoirs. Serious game déferlante. Libido sciendi.

    e-Biblio est le programme éditorial visant la promotion des savoirs et leur accès sur la Métropole par la dramaturgie du catalogue, voire plus si affinités.

    Mash-up 4M 2.Bray
    (Milieu x Message x Médium x Médiation)²
    expérience usager
    B-to-B > B-to-U + U-to-U

    Âge du pire : construction de l’identité institution
    - webdesign : site vitrine
    - communauté d’usagers

    Âge de bonze : construction de l’identité service
    - design de l’information et de l’interaction : portail ressources, OPAC
    - web social apporte valeur ajoutée à Biblio
    - communauté locale

    Âge de faire : renforcement de l’identité service par la construction de l’identité thématique
    - design de service : mosaïque de chaînes thématiques, TRANS
    - e-Biblio apporte valeur ajoutée à web social
    - communauté d’intérêts et hybridation des partenariats

    La morphogenesis de la gestalt mosaïquée permet à la communauté concupuisciente de jouir des contenus plus vite et de façon plus divertissante. Moins de navigation dans le catalogue, plus d’immersion dans le contenu. L’approche est à première vue plus intéressante que le fond. Pourtant vu du fond, le kaléidoscope est plus que BO le back office.

    Editorialisation de la ville. Editorialisation de la Bibliothèque.

    e-Bibliotakecare est un curateur de contenus, un commissaire d’exposition des œuvres, des collections.

    e-Bibliotakecare est un serial-éditorialiseur : sélection, formalisation, mise en valeur de la valeur ajoutée collective et partagée par la communauté d’intérêts. La conservation est animée, le fond devient un sujet de conversation et les contenus co-produits sont rapidement catalogués.

    Cette métamorphose de l’accès implique un devenir TRANS de l’OPAC
    Online Public Access Catalog > Theatre of Relations and Access Network Service

    e-Biblio est le récit e-techno-graphique de l’exploration du fond
    Tout devient matière à légendarisation et storylinguage
    Scénarisation de l’info-doc, interprétation de sa polysensorialité
    Dramaturgistique de la base de données

    Connais-toi toi-même…et fais-toi connaître.

    Sources d’expiration :
    http://www.bibliobsession.net/wp-content/uploads/2009/12/mediation-globale.jpg
    http://4.bp.blogspot.com/_WKeCkqkY9eY/Rf_lS-7vH9I/AAAAAAAAALU/cF45lZcB7ag/s1600/pyramid_n.jpg
    http://labibapprivoisee.wordpress.com/2011/02/23/la-bibliotheque-un-plus-pour-le-web-social


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 35 autres abonnés

%d bloggers like this: